• Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Posté par le dans Education - Famille
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2119
  • Imprimer
  • Signaler cet article

La gestion du stress au quotidien : CR de la conférence

La gestion du stress au quotidien : CR de la conférence

CR de la CONFERENCE DE JUSTINE VERDIER

sur LA GESTION DU STRESS POUR PETITS ET GRANDS

LE 31 MAI 2016 - Maisons des Pérouses

 NOTE DES AUTEURES du CR : ce CR émane des notes prises pendant la conférence. Difficile d’être exhaustives face à la densité d’informations que nous avons entendues et d'être 100% fidèles du fait de nos biais cognitifs ! Alors n’hésitez pas à le compléter ci-dessous. Il n’en sera que plus complet ! Que de pépites et de petites graines qui vont germer tranquillement !

1- Définition du stress

 Le stress peut être défini comme une mauvaise gestion des émotions. C'est un état de tension physique et physiologique.

On distingue :

- le stress positif : celui qui motive ( celui des sportifs ou des musiciens)

- le stress négatif : celui qui bloque

Le stress crée un environnement auquel on ne peut pas se soustraire. C'est une incapacité à gérer les émotions de ce qui est dit et vécu.

Une des solutions est de mettre en mots ce qui est ressenti, vécu. Cela permet de réduire de moitié le stress ressenti.

Pourquoi l'enfant n'arrive pas à gérer son stress ?

Un peu d'anatomie...

Le cerveau est divisé en 3 parties :

- le cerveau archaïque / primaire = ce sont les comportements instinctifs (ex : danger = fuite)

- le cerveau limbique = cerveau des émotions qui gère la peur, l'angoisse, la joie, la colère...

- le néo-cortex qui est à l'origine de la réflexion, l'empathie, la conscience de soi, la résolution de problèmes, l'imagination.... Cette partie n’atteint sa maturité qu'aux alentours de 21 ans.

Autrement dit, nous avons des attentes concernant le comportement de nos enfants (ex : se calmer lorsqu'ils sont submergés par une émotion, prendre du recul lorsqu'ils sont en colère, ou ont peur etc...) alors qu'ils ne sont pas "cablés pour".

Un comportement adapté est un comportement d'une personne qui sait prendre de la distance avec l'émotion qui arrive ; qui se sert de l'émotion comme une source d'information. Et ça s'apprend, ce n'est pas inné. L'enfant agissant par mimetisme, nous comprenons que nous devons montrer l'exemple... L'éducation (familiale et scolaire) a une part importante dans la maturation de ce néo-cortex. Une attitude empathique entrainera un développement du néocortex, alors que les punitions; les menaces, punitions corporelles diminuent son volume. (sources ici)

Pour aller plus loin sur le fonctionnement du cerveau :

Vidéo « La main et le cerveau » : https://www.youtube.com/watch?v=9aONSCU9v_w

Et une vidéo du Dc Gueguen : https://www.youtube.com/watch?v=FX1a_ICG3Vk&feature=youtu.be

Littérature:

Le cerveau de votre enfant de Daniel Siegel,

Deux ouvrages du Dc Catherine GUEGUEN :

-         - Pour une enfance heureuse : repenser l'éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau (un peu technique)

-         - Vivre heureux avec son enfant

 

2- Quels sont les symptômes du stress ?

Ce sont des symptômes physiques et psychologiques: perte d'appétit, obsession, angoisse, crise, "caprice", mauvais sommeil, perte de concentration, mémoire défaillante, cauchemars.

Note: Si le caprice est le fait qu'un enfant fasse une crise dans le but d'obtenir quelque chose, il est entendu qu'avant qu'un enfant puisse mettre une forme dans une autre sans faire d'essais (vers 5 ans), l'enfant ne peut pas faire de caprice.

Le stress amène une rigidité cognitive c'est à dire l'impossibilité de voir une réponse autre, de percevoir le problème ou sa résolution d'un autre point de vue.

Pour éviter des conflits, quelques connaissances physiologiques.

Avant 2 ans : l'enfant n'a pas de repère dans le temps. S'il est important de verbaliser nos actions (demain on ira … dans 5 minutes, on fera....), on ne pas exiger de nos enfants qu'ils sachent ce que cela signifie.

Avant 3 ans l'enfant ne peut inhiber son geste même si la consigne est comprise. En d'autre terme même s'il sait qu'il n'a pas le droit de toucher un objet et qu'il le désire il le touchera.

Entre 2 et 4 ans : l'enfant comprend 1 consigne à la fois. Donc inutile de lui demander à la suite de ranger ses chaussures, d'aller se laver les mains et de se déshabiller.

Donc l'enfant ne cherche pas ses parents.

L'enfant peut être violent, sans en avoir conscience, juste pour expérimenter et savoir comment l'autre va réagir.

3- Comment aider l'enfant à gérer ses émotions ?

1er outil : écoute des émotions

Il s'agit pour l'adulte de mettre en mots l'émotion de l'enfant, ce qui lui donnera le vocabulaire par la suite. Comme dit précédemment, nommer une émotion ne l'amplifie pas mais l'atténue de moitié.

Modérer ses émotions n 'est pas facile même pour un adulte. Donc il est inutile d'en demander trop à l'enfant.

Vers 7 ans, la stabilité émotionnelle s'installe : c'est « l'âge de raison ». D'une part l'enfant arrive à mettre plus facilement en mots ses émotions. D'autre part les décharges émotionnelles sont plus maîtrisées.

Là encore plus un enfant a été en contact avec des adultes bienveillants, a eu l'occasion d 'entendre parler de ses émotions, plus l'enfant sera capable de gérer de façon autonome et rapidement (développement du neo-cortex).

En apprenant nos limites, on les dépasse moins, on les canalise plus facilement.

Une des sources de stress est la menace et la punition. Elles amènent soit l'inhibition et la soumission, soit le désir de vengeance. Punir pour une émotion exacerbée (des pleurs trop bruyants) est aux yeux de l'enfant une source de stress importante. D'où l'importance de remplacer la punition par une sanction plus responsabilisante. Voir Ateliers Faber et Mazlish

2ème outil : prendre conscience de l'importance du corps

En ayant une écoute bienveillante de notre corps, on décrypte des messages qui nous permettent de définir nos limites. Le corps vit dans l'instant présent. Notre vrai intellect c'est notre corps.

Ainsi quand un enfant se plaint de fatigue, pourquoi ne pas lui permettre de ne pas aller en classe, en instaurant, par exemple ,un contrat établi dès le départ : 5 demies journées d'absence par année scolaire.

3ème outil : le recours à la CNV (communication non violente)

En suivant les étapes :

- observation : j'observe mon corps , mes émotions

- sentiment : j'exprime mes sentiments

- besoin 

- demande : je formule une demande

En n'oubliant pas de commencer ses phrases par « je » et non « tu » : le « tu » qui tue. Le « je » contrairement au « tu », ouvre au dialogue. Le « tu » culpabilise et incrimine.

4ème outil : pour pacifier la gestion du temps

Beaucoup de stress est du à la gestion du temps et au rythme imposé par la vie familiale.

L'enfant se fait ballotter. Il faut donc lui rendre une certaine indépendance et le rendre plus maitre de son rythme. Le fait de mettre en place des rituels donne à l'enfant une impression de contrôle de sa vie ou tout du moins un contrôle plus subjectif de sa vie. La routine permet à l'enfant de s'approprier le rythme et permet de respecter le rythme de chacun. Elle est donc indispensable pour les enfants.

A partir de 3 ans : on peut proposer :

- des semainiers

- un tableau des interdits et des autorisations; à fabriquer à l'aide de pictogrammes pour les plus petits

- la poutre du temps (type Montessori)

- des sabliers de durées différentes.

5ème outil : donner aux enfants des outils concrets pour apprendre à se calmer

Souvent on demande aux enfants de se calmer, mais ils n'ont pas la méthodologie de le faire : on ne leur a pas appris à le faire. Il s'agit donc pour l'adulte d'expliquer et d'apprendre à se calmer.

On peut proposer :

- divers jeux inventés par les parents : il faut s'autoriser à retouver l'enfant qui est en nous.

- la bataille d'oreillers

- mise à disposition d'un établi : pour taper sur un marteau, un punching-ball, un coussin de la colère. Tous ces éléments permettent à l'enfant de donner une existence à ses émotions: elles ont leur place dans sa maison et à l'intérieur de lui.

- le jeu de rôle : chacun rejoue une scène qui a posé problème.

- le sac des émotions où sur chaque étiquette, une émotion est illustrée. On peut la chercher pour mettre des mots sur l'émotion du moment. On peut jouer au jeu du mime : j'imite une émotion : devine laquelle.

- le sac à gros mots

- Cartes des émotions: http://bougribouillons.fr/cartes-des-emotions/ ou la roue de émotions www.lautrementdit.net/la-roue-des-emotions

- Langue des signes :  dès 7 mois apprendre le langage des signes pour que le bébé s'exprime avant le langage.

- Inventer une image à son émotion : Quelle forme on pourrait lui inventer  ? Quelles couleurs ? Et si on la changeait ? Si je rajoutait un chapeau ? Si elle changeait de taille ?

- la respiration ventrale . Leur apprendre puis proposer des jeux : si à l'expir tu jettais l'air le plus loin, avec tous tes soucis ....

- les méditations de pleine conscience avec comme référence bibliographique non exhaustive :

Tout est là , juste là de Jeanne Siaud Facchin

Calme et attentif comme une grenouille de Susan Kaiser Greenland

Un cœur tranquille et sage de Susan Kaiser Greenland

https://www.youtube.com/watch?v=CWRAe2b_ZhI

Il faut apprendre à être parent en pleine conscience.

Modifié le
Après l’arrivée de notre premier enfant, je me suis vite aperçue que la théorie pouvait parfois être bien loin de la pratique…
Les habilités des ateliers FABER & MAZLISH , la CNV, la connaissance des neurosciences et des rencontres enrichissantes m'aident dans mon quotidien à mieux communiquer.
  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité mercredi, 14 novembre 2018