• Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Abonnez-vous à cette liste via RSS Articles liés au mot clé « confiance »

un climat de bienveillance

Pour commencer, la conférence, Jean-François Laurent nous indique qu'il y a un aspect génétique à la précocité. D'après les spécialistes, tous les enfants dont la précocité est avéré ont au moins un de leur parent qui l'est également.

On ne peut plus faire semblant de ne pas connaître l'intérêt des neurosciences. Les études dans ce domaine montrent l'importance du contexte pour apprendre. Plus l'enfant vit dans un climat bienveillant, plus il lui est facile d'apprendre.

Ainsi dès le début de son allocution, Jean-François Laurent nous propose un exercice de relaxation /méditation. A l'aide d'une musique d'ambiance, les yeux fermés, nous nous replongeons dans un moment agréable. Tout est calme paisible, nous revivons cet instant.

Cet exercice a pour but de se donner un temps où on se fait du bien à soi, de prendre du temps pour soi.

Il faut savoir que le cerveau ne fait pas la distinction entre réel et évoqué. Ce qui veut dire que pour notre cerveau, nous avons vécu ce moment agréable 2 fois. Les effets du souvenir ont autant d'importance que le fait d'avoir vécu ce moment.

Commencer sa journée par un moment d'intériorisation permet une hausse de rentabilité de 30°/° , d'après des études de management. En classe ou à la maison,il faut essayer de se donner des moments pour se remémorer ces instants de tranquillité.

Plus on connaît ses qualités, plus on s'en sert , plus ça sert aux autres et plus on apprend à communiquer avec bienveillance avec les autres.

En résumé, les amis pour apprendre sont :

- l'évocation de souvenirs positifs

- le calme et la sérénité physique émotionnel et mental

- se mettre et être dans le beau, le bien, le bon.

Au contraire, les ennemis est le stress. Le stress entraîne 3 types de réponses :

- l'inhibition : on reste figé et on peut plus réfléchir

- la fuite

- l'agression

Comprendre les émotions est important pour comprendre les enfants, et c'est particulièrement primordial pour les enfants précoces dans la mesure où leur émotionnel est exacerbé , où ils ressentent les émotions plus vivement que les autres.

Il n'y a ps de don dans la précocité mais une information qui circule vite et dans toutes les directions. C'est la pensée en arborescence. En fait il capte tout.

Les différents noms employés pour désigner la précocité

Les spécialistes nomment de différentes façons les enfants précoces . Pour vous aider voilà un liste non exhaustive :

- précocité / enfant précoce

- surdouance (Fabrice Bak) / enfant surdoué

- les zèbres (Jeanne Siaud-Facchin) : « Le zèbre, cet animal différent, cet équidé qui est le seul que l'homme ne peut pas apprivoiser, qui se distingue nettement des autres dans la savane tout en utilisant ses rayures pour se dissimuler. »

- EIP : Enfant Intellectuellement Précoce

- HPI :Haut Potentiel Intellectuel

- APIE Atypique Personne dans l'Intelligence Emotionnelle (Jean-Francois Laurent)

…......

Des pistes pour aider à reconnaître une éventuelle précocité chez son enfant

Dans cette liste non exhaustive, vous pouvez reconnaître des caractéristiques de votre enfant sans qu'il les ait toutes.En revanche si vous reconnaissez plusieurs facteurs dans cette liste, il serait bon de vous interroger ou d'interroger un professionnel.

- dès les premiers jours ou premières semaines de la naissance, le regard envers l'adulte est précis et accrocheur.

- le port de tête: le nourrisson tient sa tête précocement.

- en ce qui concerne l'acquisition de la marche, elle se fait vers 1 an ou avant, l'enfant se cogne souvent.

- en ce qui concerne l'acquisition de la parole, on note 2 cas de figure. Soit l'enfant parle plus tôt que l'âge moyen. Soit l'enfant parle plus tard mais du jour au lendemain, les phrases sont construites. L'enfant attendait de maîtriser le sujet avant de se lancer.

- commence souvent ses phrases par « en fait » « tu sais »

- un décalage à l'école dans les compétence ou l'humeur

- un décalage aux rapport aux règles de l'école : les filles auront tendance à être introverties, les garçons plus extravertis.

- ce sont des enfants qui veulent tout maîtriser (dont problèmes de règles). Cela est révélateur d' un manque de confiance en soi.

- les métiers qu'ils envisagent de faire sont des métiers d'étude, des métiers en -logue : paléontologue psychologue ….qui surprennent pour leur âge

- ce sont des enfants qui adorent l'univers d'Harry Potter

- ce sont des enfants qui ont beaucoup d'humour et ils le comprennent très bien et très jeune

- ce sont des enfants hyperestésiques : leurs 5 sens sont en éveil et exacerbés. Les sensations à la lumière, du toucher de l'odorat sont intenses. Deux exemples typiques : les étiquettes de vêtement leur sont insupportables / les chaussettes qui sont toujours mal mises et qui leur procure des sensations désagréables. Ce ne sont pas des caprices mais une hypers sensibilité de leurs sens.

- l'exactitude. Quand il est affiché 20 h 02 à l'horloge, difficile de dire qu'il est 20h sans se faire reprendre « non il est 20 h et 2 minutes ! »

- grande capacité le monde et son environnement à comprendre même l'implicite

- enfant qui développe beaucoup l'imaginaire.

- ce sont des défenseurs de la justice. Ces enfants détestent l'injustice.

- les tempêtes émotionnelles

Quand quelque chose ne leur convient pas, ils peuvent avoir des attitudes incompréhensibles et disproportionnées aux yeux des adultes. Cela va des insultes à l'automutilation, le crises de nerf, les colères violentes.A l'inverse, les enfants peuvent somatiser et ce créer des symptômes physique de ce qu'ils n'arrivent pas à gérer émotionnellement.

Les émotions ressortent plus fortes. L'adulte est souvent décontenancé par la tournure que cela peut prendre. En cas de crise, il n'y a pas d 'explication à donner car ils ne peuvent pas entendre, raisonner.Encore une fois, ce n'est pas du cinéma, juste la démonstration qu'il n'arrive pas à gérer l'émotionnel trop prégnant. Un des outils dans ces moments là est de nommer le sentiment que l'enfant peut avoir (colère /tristesse …) : « Tu n'aimes pas quand je.... » «  Je vois un petit garçon en colère. »

Dans la mesure du possible:parler de vos émotions et de vous et commencer les phrases par « Je » . Le « tu » tue car il incrimine et affecte encore plus l'enfant.

2 pistes à explorer :

- la CNV Communication Non Violente

- les ateliers Faber et Mazlish pour une communication bienveillante envers son enfant

Ces enfants sont plus que d'autres, de vraies éponges émotionnelles. Ils ont un baromètre qui leur indique que quelque chose ne va pas. Du coup quand un parent ou adulte ne va pas, ces enfants ont besoin plus que d'autres d'être rassurés : « je ne vais pas bien mais tu y es pour rien. ». Et s'en tenir à une règle : ne pas mentir à un enfant.

pour en savoir plus sur les tempêtes émotionnelles

http://jean-francois.laurent.over-blog.com/2017/02/les-tempetes-emotionnelles.html

En cas de TOC (trouble obsessionnel compulsif), ne pas lutter contre. Car lutter contre bloque l'émotion. Il faut accompagner cette émotion pour qu'elle sorte. Toute émotion mal exprimée est imprégnée.

Vous pouvez vous référer au compte-rendu de la conférence de Sandrine Donzel sur Comment construire la confiance en soi de nos enfants que vous trouverez sur le site Ambérieu Alternatives

2 petit rappels :

- la maturité du cerveau émotionnel se situe à 25ans.

- C'est quand ils sont le plus pénibles qu'ils le plus besoin de manifestation d'amour. Tout enfant a un réservoir d'amour qu'il faut régulièrement alimenté par un mot gentil, un encouragement,un moment avec lui, un geste, une attention.

un outil pour gérer les émotions : les chauds doudous

D'après le livre de Claude Steiner Le conte chaud et doux des chaudoudoux

Un chaudoudou est un signe de reconnaissance positive qui favorise la confiance en soi. C'est une petite phrase ou une marque d'attention qui nous permet de montrer combien l'autre nous est cher.

On peut se dire des chaudoudous à l'école en famille, le soir , le matin au repas.Il peut être ritualisé.

Il est :

-gratuit

- sincère

- explicite

- fait du bien à celui qui le reçoit et à celui qui le donne

- inépuisable

Vous pouvez vous retrouver d'autres outils dans le compte-rendu de la conférence se Justine Verdier sur la gestion du stress pour petits et grands sur le site Ambérieu Alternatives

pour en savoir plus

http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com

www.jeanfrancoislaurent.com

bibliographie

pour une bibliographie très complète et explicative http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/bibliographie/

L'enfant doué, l'intelligence réconciliée de Arielle ADDA et Hélène CATROUX

Le livre de l'enfant doué : Le découvrir, le comprendre, l'accompagner sur la voie du plein épanouissement de Arielle ADDA

Les enfants surdoués : ou La précocité embarrassante"de Jean-Charles TERRASSIER

Guide pratique de l'enfant surdoué : Repérer et aider les enfants précocesde Jean-Charles TERRASSIER

Accompagner l'Enfant Surdoué" de Tessa KIEBOOM

On se calme !" du Dr Olivier REVOL

L'enfant surdoué : l'aider à grandir, l'aider à réussir

Trop intelligent pour être heureux ? L'adulte surdoué" de Jeanne SIAUD-FACCHIN

Les tribulations d'un petit zèbred'ALEXANDRA RENAUD

Be APIE de JEAN-FRANCOIS LAURENT

Be APIE junior de JEAN-FRANCOIS LAURENT

Be APIE baby de JEAN-FRANCOIS LAURENT

Be APIE à l'école de JEAN-FRANCOIS LAURENT

Le conte chaud et doux des chaudoudoux de CLAUDE STEINER

Modifié le
Lectures : 389 Commentaires

COMPTE-RENDU

CONFERENCE DE NATHALIE GOUJON

DE CHAGRIN D'ECOLE

LE 30 MARS 2017

ORGANISEE AVEC LA CAFE DES PARENTS

ET AMBERIEU ALTERNATIVES

Qu'est ce que Chagrin d'école?

Chagrin d'école est à la fois un centre de formation et de consultation liées au problèmes scolaires.

On distingue 3 types de violences scolaires

- celles en rapport avec les relations (qui est ici le thème de ce soir)

- celles en rapport avec les problématiques d'apprentissage

- celles des enseignants en difficultés

Les thérapies mises en pratique en cabinet sont basées sur le modèle de Palo Alto. Ce sont des thérapies brèves (environ 4 séances) de psycho-praticiens.

La prévention est utile quand il n'y a pas de situations de harcèlement avéré.

Cependant dans les situations de souffrances rencontrées dans ces cabinets, elle ne suffit plus.Elle est même néfaste car elle renforce le rôle de l'agressé (qui est infantilisé du fait qu'il est besoin d'adultes pour résoudre ses problèmes)et de l'agresseur (qui ne subit jamais les conséquences de ses actes et qui en sort grandit).

Il a fallu inventer un autre modèle de communication.

Les propositions

  • ce qui ne marche pas

L'une des 1ères questions posées à l'enfant victime de violence à l'école est de savoir ce qu'il a fait pour que faire cesser le harcèlement.

Souvent les enfants ont essayé la discussion « Arrête » ou alors la fuite.

Or ces propositions renforce la situation de harcèlement car le bourreau se sent tout puissant.

La question souvent posée par la personne victime de harcèlement est : « Pourquoi moi ? »

En fait, le harcèlement marche parce que la personne repérée est vulnérable.

On distingue 3 causes de vulnérabilité :

- une faille ou une fragilité à un moment donné

- une vision du monde particulière

- du fait de l'intervention d'un adulte

Quand le problème est réglé par un adulte, cela renforce la fragilité de la personne harcelée. Elle est considérée comme quelqu'un qui ne sait pas s'en sortir seul. Au mieux la situation en intervenant, se cristallise au pire en s'amplifie.

Il y a 2 types de popularité : le type « Lady Di » et le type Nelly Olson qui elle assoit son autorité en torturant.

La situation de harcèlement a lieu quand il y a rencontre entre ces 2 types de popularité.

Dans le cabinet une des formules prononcées pour montrer à l'enfant que l situation n'est pas immuable est « Ca (le harcèlement) marche.... pour l'instant ! »

  • la nouvelle proposition : la flèche

La solution proposée par Chagrin d'école est de produire un effet boomerang.

Il s'agit de se servir de ce qu'a dit le harceleur pour renvoyer d'une manière élégante et répulsive (toujours pour se défendre). La morale ne suffisant pas : il faut toujours un élément répulsif pour le harceleur s'arrête. Les solutions de fuite ou de réponses du type « Arrête », ne marchent pas car il n'y a pas de conséquences directes sur le harceleur. Alors pourquoi arrêterait-il ?

Cette phrase formulée par le harcelé est appelée une flèche.

La flèche est une stratégie verbale qui a pour but de fragiliser la popularité de celui qui harcèle.

Dans plus de la moitié des cas, cette flèche n'a pas à être formulée simplement du fait que la posture du harcelé avait changé !

Pour opérer ce changement, il faut donc entreprendre un virage à 180°.

La formule de la flèche comprend donc 2 éléments :

- on reformule la brimade de l'autre « oui je suis grosse »

- on lance un pointe qui affaiblit la position de l'autre « mais moi si je veux maigrir j'ai la possibilité de le faire tandis que toi avec tu ne peux pas …...

La personne qui harcèle doit comprendre par la flèche que si elle continue elle n'aura qu'à contempler les conséquences de ses actes.

On considère que la flèche est comme une prise de judo où l'on se sert de la puissance de l'autre pour le déséquilibrer.

Une fois que le flèche est crée , l'enfant doit t s’entraîner à la verbaliser.

Puis se préparer aux conséquences : que va pouvoir rétorquer l'autre une fois le moment de déstabilisation passé ! Il faut trouver ce qu'il pourrait répondre pour ne pas se sentir démuni.

La flèche a ce double impact

- il permet à la personne harcelée de ne plus rester dans sa position de victime et de reprendre un nouveau départ

- il permet à la personne qui harcèle de se rendre compte qu'il n'est pas tout puissant.

Pour aider les enfants à parler :

- promettre qu'on ne fera rien sans son accord et tenir cette parole.

- leur faire visionner la conférence Ted'x d'Emmanuelle Piquet

bibliographie

Emmanuelle Piquet Te laisse pas faire (à destination des adultes)

Emmanuelle Piquet Je me défends tout seul(à destination des enfants)

Modifié le
Lectures : 359 Commentaires

COMPTE-RENDU

CONFERENCE DE SANDRINE DONZEL

Comment construire la confiance en soi de nos enfants

le 1er décembre 2016

NOTE DES AUTEURES du CR : ce CR émane des notes prises pendant la conférence. Difficile d’être exhaustives face à la densité d’informations que nous avons entendues et d'être 100% fidèles du fait de nos biais cognitifs ! Alors n’hésitez pas à le compléter ci-dessous. Il n’en sera que plus complet !

Qu'est ce que la confiance en soi?

Souvent on définit la confiance en soi par le fait qu'elle permette d'oser, de tenter, voire de réussir. Et donc nous disons « Quand j'aurai confiance en moi, je pourrai faire ceci... tenter cela... » et nous attendons que cette confiance en soi arrive pour vivre tout ça.

Sandrine DONZEL nous propose de regarder cela sous un autre angle

Illusion 1 : quand j'aurai confiance en moi, je n'aurai plus peur

Je doute parce que je n'ai pas confiance. Pourtant ne pas avoir peur peut être dangereux. Et la peur empêche le danger.

Si on se met en tête qu'on n'agit pas parce qu'on n'a pas confiance, on n'agira jamais et jamais on n'aura confiance. Donc on peut se convaincre tout seul qu'on n'a pas confiance en soi.

Illusion 2 : quand j'aurai confiance en moi, je n'échouerai plus

Illusion 3 : quand j'aurai confiance en moi, l'échec ne me fera plus rien

Cela se résume au fait que je n'aurai rien à faire du regard des autres. Et pourtant être exclu du groupe des autres est un danger potentiel.

Dans l'éducation, on a tendance à favoriser ces illusions là.

Donc avoir confiance en soi, ce n'est ni :

- ne plus avoir peur

- ne plus échouer

- oser se confronter à l'échec.

En revanche avoir confiance en soi c'est pouvoir se fier à soi

Qu'est ce que le Soi ?

Le soi (ou le moi) dans une prise de décision est le lien entre « je ne veux pas ça » et le «  il faudrait que »

un petit rappel : qu'on soit enfant ou adulte on n'est moins compétent quand il y a frustration ou déception ; quand on est sous l'emprise d'une émotion forte.

 b2ap3_thumbnail_image-emo-intel.png

Le trop d'émotion nous rend moins compétent

Et pourtant d'après les neuros sciences 60°/ des pensées sont des pensées négatives sur soi.

La confiance en soi est liée à son ressenti.

L'intelligence émotionnelle est de savoir utiliser l'émotion à bon escient

On se trouve nul quand on n'agit pas en fonction de nos valeurs.

Un des façons d'entretenir les 3 illusions dont nous avons parlées est de nier les émotions ou le ressenti de l'enfant avec des phrases qu'on a pourtant l'habitude de formuler en pensant bien faire : « Mais si tu vas réussir. » « Y a pas de problèmes. » «  Ne t'inquiète pas. »

Ces phrases n'aident pas l'enfant à avoir confiance en lui. Pire elles l'enfoncent.

Car le message sous-jacent est : « Tu n'as pas de raison de te sentir comme ça » ou « Tu ne peux faire confiance en ce que tu ressens. »

Donc cela aggrave son sentiment d'impuissance.

C'est un cercle vicieux.

Règle 1 : quelque soit le problème, respecter le ressenti de l'enfant

Pour passer au cercle vertueux, il faut commencer par respecter le sentiment de l'enfant

« Maman, je suis nul/le »

« Ah je vois . C'est normal de ressentir cela. Moi je ne vois pas ça comme . Dis-moi qu'est ce qui te fait penser cela ? »

Le message est tout autre, l'enfant peut se faire confiance. C'est normal de penser ça

La 2ème chose à faire est de montrer l'exemple car les enfants apprennent par l'imitation.

Quand on doute en tant qu'adulte, il est intéressant de le verbaliser ses difficultés, comment on se sent et comment on va s'en sortir.

Règle 2 : quelque soit le problème, remettre l'enfant au cœur de l'action

Quand un enfant a une difficulté, il va douter , hésiter , s 'énerver.

Si la seule solution des parents est de donner des conseils et ou d'intervenir à sa place, l'enfant va penser qu'il n'est pas capable de prendre de bonnes décisions. Le message sous-jacent est « Je ne peux pas me faire confiance. ». C'est à dire l'inverse de ce qu'on voulait !

Et derrière ce « Je ne peux pas me faire confiance » il y a « J'ai peur des difficultés. »

Donc « Je suis incapable de gérer seul/e mes difficultés » …

Donc j'ai besoin de mes parents pour résoudre mes problèmes...

Agir de la sorte peut avoir des inconvénients mais c'est confortable, sur le moment, pour les 2 partis.

De plus, en tant que parents, nous avons tendance à manipuler les enfants dans leur prise de décision. Nous présentons essentiellement les avantages de ce que nous pensons être la bonne décision et que les inconvénients de ce qu'on considère comme la mauvaise décision.

Donc l'aide proposée est faussée.

En remettant l'enfant au cœur de sa décison, on lui permet de gagner confiance en lui.

Si l'adulte considère qu'il doit intervenir, il doit le faire toujours avec l'accord de l'enfant.

On propose une aide, on n'impose pas son aide : là se construit la confiance.

Moins un enfant a confiance en lui, plus on doit lui montrer qu'on a confiance en lui.

Quand un enfant formule une aide, on peut formuler sa demande : « Comment peut-on faire en sorte que tu supportes le moins mal possible ce problème ? ». Ainsi on valide ce qu'il ressent . Il peut se faire confiance et avoir moins peur de la difficulté.

Ensuite on peut lui proposer des suggestions. « Tu veux bien essayer cela et tu me diras ce qu'il se passe. »

Il faut savoir que les enfants se plient aux exigences des adultes et parfois il n'y a problème que pour l'adulte. Et à force de focaliser sur un problème, on peut créer un problème qui n'existe pas pour l'enfant.

Ne pas créer un problème qui n'existe pas.

Il y a 2 types de stratégies illusoires pour avoir confiance en soi

  • le perfectionnisme

  • l'évitement

GERER LE PERFECTIONNISME

Il y a beaucoup d'avantages : il est bien reconnu par la société

Mais il découle d'un mal-être : je contrôle tout plusieurs fois, cela devient obsessionnel pour que je me sente mieux. C'est comme si cela venait de l'extérieur. Je me sentirais mieux quand tout sera parfait.

Mais la ré-assurance vient de l'intérieur.

En évitant les phrases du type « C'est bon tu as assez vérifié ? » et en les remplaçant par un choix offert à l'enfant : « As-tu assez vérifié ? Ou dois-tu encore vérifié pour te sentir bien ? », on replace l'enfant au cœur de sa réussite.

Ou encore « Es-tu prêt à rendre un devoir qui ne soit pas aussi bien que ce tu voudrais ou préféres-tu ne pas le rendre ? »

Il faut aussi lui apprendre à rater et qu'il fasse son expérience. Il comprendra que c'est sans doute moins grave que ce qu'il peut imaginer.

LA STRATEGIE D'EVITEMENT

L'enfant ne va plus rien faire par peur .

Moins tu fais, plus tu te sens nul/le

voir règle 2 pour résoudre l'inaction

Dans les 2 cas, il faut aider l'enfant à faire le plus petit pas possible ; le plus petit risque possible qu'il lui est possible d'entreprendre.

3 règles à retenir :

- verbaliser la peur / la difficulté comme quelque chose de légitime

« Ca peut faire peur de ... »

- Empêcher la croyance qu'il n'a pas confiance en lui.

« Je ne vois pas les mêmes choses que toi mais je comprends que tu puisses te sentir.... »

- ouvrir vers l'action

« Comment vas-tu t'y prendre ? » « Qu'est-ce que je peux faire pour... »

Comment les compliment peuvent-ils dégrader la confiance en soi ?

Les compliments sont souvent exprimés en opposition aux ressentis de l'enfant. « Mais non c'est bien ce que tu fais...... »

Il faut s'expliquer autrement :

- ramener le questionnement à l'enfant

« Qu'en penses-tu ? »  « que pourrais-tu faire ? »

- passer à un compliment descriptif

« Ah je vois que tu as dessiné un arbre avec ... » « Ah je vois que tu as réussi à te tirer de cette affaire grâce à ta réflexion sur... »

 

En conclusion

Il faut changer de paradigme :

- illusion 1 : Ce n'est pas parce que j'ai confiance en moi que je réussis mais c'est parce je réussis que j'ai confiance en moi

- illusion 2/ 3: C'est la réussite qui amène la confiance → pour réussir, il faut oser rater

En fait, plutôt que de chercher à avoir confiance en soi pour réussir dans sa vie, la proposition est de pouvoir gérer nos échecs. Même si cela va être difficile. Ce qui en découlera sera la confiance en ses capacités. Cela en vaut la peine.

Bibliographie

Illios Kotsou éloge de la lucidité

Site internet

blog.scommc.fr

Modifié le
Lectures : 845 Commentaires

EasyBlog Archive

EasyBlog Latest Blogs

Vive le multiâge et que vive le multi-âge !
Education - Famille
Pour trouver l’origine de la forme institutionnelle de l’école d’aujourd’hui, il faut remonter au XVIIème siècle et à la querelle qui opposait la méthode mutuelle à la méthode simultanée sous la Restauration. La méthode mutuelle est importée d'outre-manche et portée par des libéraux protestants : ceux qui savent enseignent à d'autres, qui à leur t...
Continue Reading...
La rentrée se prépare...
Education - Famille
Oyé Oyé c'est bientôt la rentrée des ateliers !!   1 - Parler pour que les enfants/ados écoutent et Ecouter pour que les enfants/ados parlent - Les habilités de communication d'Adele FABER & Elaine MAZLISH >> 2 sessions pour les parents d'enfants de 0 à 12 ans (Animation: Bénévoles formées). Session du mardi soir: 3 et 17 octobre...
Continue Reading...
Finalité et multiâge corrélés
Education - Famille
Pour trouver l’origine de la forme institutionnelle de l’école d’aujourd’hui, il faut remonter au XVIIème siècle et à la querelle qui opposait la méthode mutuelle à la méthode simultanée sous la Restauration. La méthode mutuelle est importée d'outre-manche et portée par des libéraux protestants : ceux qui savent enseignent à d'autres, qui à leur t...
Continue Reading...
Habitat participatif Journans
Société
Objet: [habitat participatif] Journans : actus & rencontres à venir Bonsoir, Une première visite a rassemblé plusieurs personnes intéressées par le projet. Suivie d'un temps d'échange convivial, elle a permis de poser quelques questionnements et les prémices d'un chemin ensemble.  OÙ EN SOMMES-NOUS ? 10 foyers ont manifesté leur enthous...
Continue Reading...
COMPTE-RENDU CONFERENCE DE JEAN FRANCOIS LAURENT Gestion des émotions et précocité le 13 avril 2017
La Vie de l'Asso
un climat de bienveillance Pour commencer, la conférence, Jean-François Laurent nous indique qu'il y a un aspect génétique à la précocité. D'après les spécialistes, tous les enfants dont la précocité est avéré ont au moins un de leur parent qui l'est également. On ne peut plus faire semblant de ne pas connaître l'intérêt des neurosciences. Les ét...
Continue Reading...

EasyBlog Showcase

  • La rentrée se prépare...

    Oyé Oyé c'est bientôt la rentrée des ateliers !!   1 - Parler pour que les enfants/ados écoutent et Ecouter pour que les enfants/ados parlent - Les habilités de communication d'Adele FABER & ...

    by Juliette Belin
    dimanche, 04 juin 2017
View more featured blog entries
1